Pelisse en indienne

 

Inv. 69.46

Caudebec-en-Caux, vers 1830-1840

Coton imprimé violet-noir, motifs rouge, bleu et jaune. Doublure en laine.

La pelisse est un long vêtement, qui permet de se protéger des intempéries et du froid. Il s’impose au 19e siècle, remplaçant le capot traditionnel noir en drap, droguet ou encore en bouracan. Aussi appelée pelisse à capuchon, elle était confectionnée en siamoise, indienne ou cotonnade et se fermait grâce à une agrafe et crochet en argent. La pelisse illustre le passage progressif du vêtement fonctionnel au vêtement de parure.

D’autres vêtements étaient utilisés pour se protéger du temps comme le mantelet, aussi en indienne, qui se répand dès 1800. Celui-ci plus léger pour les jours frais et plus séduisant, car plus courte et composée de deux pans sur le devant, était une alternative à la pelisse.

C’est vraisemblablement dans le pays de Caux au début du 19e siècle que l’on trouve le plus grand nombre de mantelets et pelisses en coton imprimé apportés en mariage par les femmes dans les cantons de Fauville et de Fécamp. Les femmes ont, en moyenne, 7 pièces, à la fin du Ier Empire.

La pelisse et d’autres costumes sont à découvrir dans l’exposition Femmes, je vous aime – Être une femme en Normandie du 18ème au début du 20èmesiècle qui a débuté le 6 avril 2019.